La musique adoucit les mœurs, l’adage n’est pas nouveau! En serait-il de même pour les grappes ? Si le fait de savourer un vin en écoutant une musique que l’on aime est un plaisir indéniable, l’impact d’une mélodie sur la santé d’un vignoble est pour le coup bien moins évident. Pourtant il serait réel…

Foutaises, répondrons les plus cartésiens d’entre nous ! Qu’à cela ne tienne, Giancarlo Cignozzi, propriétaire toscan, s’inspirant d’études chinoises et coréennes portant sur l’impact de la musique sur la croissance des plantes, décide d’adapter les techniques à la culture de sa vigne, qui serait depuis lors moins sensible aux parasites et autres moisissures à un point que l’expérience intéresse désormais la très sérieuse université de Florence.

"En hiver, quand les vignes dorment, j'utilise de la musique sacrée ­ Haydn, Haendel, La Flûte enchantée de Mozart, un peu de Gluck", a-t-il expliqué au quotidien La Stampa. Et le professeur Stefano Mancuso, spécialiste italien de neurobiologie végétale, rajoute "Les effets de la musique, ou plutôt des fréquences sonores, sur la croissance de la plante sont remarquables."

Reste à savoir désormais quelle musique choisir et le débat est entier : A quand un Pinot noir élevé au black métal et des vignobles champenois bercés par une musique jazz ? Pour ma part, je me contenterais de jouer d'une ou deux flûtes...

Tags: Insolite, Giancarlo Cignozzi