A sa tête, le chef Alexandre Bourdas est un marathonien des restaurants étoilés. Son parcours l’a en effet amené à apporter sa contribution à pas moins de 8 restaurants étoilés dont 3 restaurants 3 étoiles! A la recherche de mélanges de parfums, de saveurs, de textures et de couleurs, il fonde le Sa.Qua.Na fin 2005, remporte sa 1ère étoile au guide Michelin dès février 2007 et gagne sa 2nd étoile en mars 2010. Restaurant à taille humaine avec seulement 28 couverts, le mobilier est chaleureux, sobre et raffiné.

2010-11-SaQuaNa6.jpg

Sous l'enseigne et l'image d'un poisson stylisé aux allures d'une bonite, ce nouvel endroit gourmand se veut intimiste et contemporain. Des tables aux beurriers, tout a été pensé et réalisé dans le but d'offrir une ambiance en harmonie avec les plaisirs de la table. L’influence japonaise, ou il a exercé au Restaurant « Michel Bras Toya Japon » entre 2002 et 2005, se fait sentir des murs aux assiettes! Féru de pêche, Alexandre Bourdas prend plaisir à cuisiner le poisson. Le « Sakana », poisson en japonais, est à la fois au cœur de la cuisine du chef mais aussi de ses valeurs. Les 3 maîtres mots sont ainsi : Saveurs, qualité et nature. Et ses recettes sont une « expression technique et sentimentale de mes meilleurs souvenirs ». Le service aussi est de qualité, la polyvalence des serveurs rendant le service agréable et fluide.

2 menus sont proposés : le "Rouge Olive" avec 5 mets à la dégustation et le "Vert Olive" qui ne propose pas moins de 9 moments d’intense plaisirs. Voici quelques photos, prises en octobre, lors d’une escapade culinaire au Sa.Qua.Na.

2010-11-SaQuaNa2.jpg Saint Pierre poché au citron vert, livèche & coriandre Un bouillon clair à la noix de coco & huile de combava

2010-11-SaQuaNa4.jpg Direct… Bar / Saint-Jacques / Beurre noisette & Sudachi

2010-11-SaQuaNa3.jpg Une épaule d’agneau cuite longuement, pomme de terre et cèpes, beignets de cresson de terre, pépins de tomate.

2010-11-SaQuaNa5.jpg Dans une coque à beurre battu, un gâteau de poires, crème montée & caramel gras à l’huile de noix

Par Amaury Crappier