M’endormant les magnifiques notes boisées d’un Saint Estèphe, je me réveillais, Il y a quelques jours, presque en sursaut, fermentant une impression pour en faire une idée, une idée des plus agréables, pleine d’une joviale bonhommie, pouvant se résumer dans une ligne aux allures de prophétie proverbiale, selon laquelle « Parler du vin avec son cœur est une profession de foie », sagesse presque paysanne de celui qui aime à voir la vigne grandir.

La foi dans la science, peut-elle se doubler d’une foi dans l’hédonisme ? Et l’hédonisme peut-il être mis au profit de la science ? Equation non évidente certes mais pas insoluble. Ansi, science, cinéma et imaginaire ont-il à nouveau rendez-vous du 30 novembre au 5 décembre 2010 à Bordeaux pour Cinémascience.

Créé par le CNRS, avec le soutien des Vignobles André LURTON depuis sa première édition, ce festival, s’appuie sur le cinéma comme vecteur de vulgarisation scientifique. Il propose aux cinéphiles et aux curieux de tous âges d’assister à des projections suivies d’échanges avec des scientifiques et des professionnels du cinéma. Quel rôle alors pour le vin et pour les vignobles Andre Lurton? Disons, pragmatiquement, qu’ils récompenseront le lauréat du festival lors de la soirée de clôture, le dimanche 5 décembre 2010 (à partir de 17 h au Théâtre Fémina).

2010-11-AndreLurton.jpg

Mais le vrai intérêt est autre, scientifique plus que « festivalier ». Les vignobles André Lurton, attachés à la recherche scientifique, participent à de nombreux programmes spécialisés d’expérimentation vitivinicoles mais aussi à des projets collaboratifs de plus grande envergure. L’entreprise contribue actuellement avec le syndicat viticole Pessac-Léognan à un projet de recherche intégré d'évaluation de l'effet du vin rouge sur différents paramètres de l'athéro-thrombose dans un modèle in vivo de porcs mené par des laboratoires de l’INSERM et du CNRS. Ces animaux ont consommé pendant une période de deux ans de petites quantités de vins produits sur l’aire de l'appellation (dont les châteaux La Louvière et de Rochemorin).

Les résultats de ces recherches devraient d’ailleurs être connus prochainement.